Pourquoi la norme européenne ISO 5801 n’est-elle pas la méthode la plus adaptée pour la mesure du débit d’un ventilateur incendie ?

NEO technologia

L’efficacité d’un ventilateur de ventilation par pression positive (PPV) repose sur ses performances à une distance donnée d’un ouvrant.

Cette efficacité est liée aux caractéristiques suivantes :

  • le débit nominal du ventilateur : c’est la quantité d’air qui passe au travers de l’hélice, 
  • les vitesses de l’air au sein du jet : plus les vitesses sont élevées et plus l’effet d’entrainement d’air sera important. L’air entrainé viendra s’ajouter au débit nominal du ventilateur pour créer le débit global généré par celui-ci.
  • la forme du jet : ce dernier critère est très important car un jet très évasé face au rétrécissement d’un ouvrant perdra une grande partie de son efficacité. Un jet ovalisé (Néo par exemple) quant à lui optimisera les performances. 

 
Un débit selon la norme ISO 5801 (référentiel mis en avant par certains fabricants pour leurs PPV) se limite au débit passant par l’hélice. Il ne prend en compte ni les vitesses de l’air ni la forme du jet. Le débit selon la norme ISO 5801 ne permet donc pas d’estimer la performance effective  d’un ventilateur de lutte contre l’incendie lors d’un sinistre.
Ce serait comme de juger de l’efficacité d’une lance uniquement sur la base de son débit, sans tenir compte ni de la portée ni de la qualité du jet. 

De plus le domaine d'application de la norme ISO 5801 est le suivant : « méthodes de détermination des performances des ventilateurs de tous types, à l'exception de ceux destinés à la circulation d’air, par exemple les ventilateurs de plafond ou de table.»

Il est clair qu’un ventilateur PPV correspond à un ventilateur conçu pour la circulation de l’air et non pas à un ventilateur industriel installé sur un réseau de canalisation. 
Cette norme ISO 5801 ne doit donc pas être prise pour référence dans le domaine de la ventilation par pression positive (PPV).
 

Ils pourraient vous intéresser