COMMENT CHOISIR UNE CAMÉRA THERMIQUE POUR LA LUTTE INCENDIE / SAUVETAGE?

COMMENT CHOISIR UNE CAMÉRA THERMIQUE POUR LA LUTTE INCENDIE / SAUVETAGE?

1/QU’EST-CE QU’UNE CAMÉRA THERMIQUE INFRAROUGE ? 

La caméra thermique est un instrument qui : 

  • détecte les rayonnements infrarouges issus de l’énergie thermique émise par un corps, un objet, une surface ou une zone (ondes de chaleur invisibles à l’œil nu), 
  • enregistre les rayonnements infrarouges,
  • et retranscrit ces rayonnements infrarouges en les affichant sur un écran afin de permettre à l’utilisateur de visualiser ces rayonnements infrarouges, de les analyser et de les interpréter.

Les caméras thermiques produisent une image de l’intensité du rayonnement thermique détecté. Les couleurs affichées à l’écran de la caméra sont de ce fait des couleurs "fausses". 
Comme dit précédemment, les couleurs affichées à l’écran représentent seulement une intensité. Certaines caméras infrarouges disposent de plusieurs modes de colorisation. Chaque mode de colorisation possède sa propre palette de couleur.

Exemple des palettes de couleurs utilisées pour les caméras thermiques pompier LEADER TIC

  • Couleurs utilisées dans le mode Feu = noir, blanc, jaune, orange et rouge.
  • Couleurs utilisées dans le mode Froid = noir, blanc et bleu.

Ainsi, une même scène observée peut produire une image différente en fonction du mode de colorisation utilisé.

 

2/QUEL EST L’INTÉRÊT D’UNE CAMÉRA THERMIQUE POUR LES POMPIERS / SECOURISTES ? POURQUOI UTILISER UNE CAMÉRA THERMIQUE EN LUTTE INCENDIE / SAUVETAGE ?
 

2.1/Sécuriser les pompiers en intervention et éviter les pièges
 

La caméra thermique pompier est utile pour les sapeurs-pompiers dans les situations suivantes :

niveau liquide

  • Reconnaissance et déplacement plus aisé dans un local sinistré envahi par les fumées où il est impossible de voir à l’œil nu,
  • Recherche / détection rapide du foyer de l’incendie ou d’un feu couvant,
  • Identification d’éléments dangereux pouvant menacer la sécurité des pompiers/secouristes : 
    • Présence de bouteilles de gaz,
    • Localiser une tâche d’hydrocarbure sur la chaussée suite à un accident de la route en pleine nuit,
    • L’identification à distance du niveau de liquide dans une cuve (réservoirs de carburants, dépotage de wagons ou de citernes, transport de matières dangereuses, etc.) permettant de recueillir des informations nécessaires à l’intervention,
    • La surveillance d’un circuit électrique en surchauffe,
  • Localisation des points de ventilation,
  • Repérage de points chauds résiduels après l’extinction d’un incendie (feu de cheminée, etc.), pouvant provoquer un nouveau départ de feu
  • Recherche des itinéraires de repli de secours dans un environnement enfumée.

 

2.2/Repérer/localiser des victimes…
 

2.2.1/…en atmosphère enfumée, dans l’obscurité

Il est très souvent difficile de repérer une victime à l’œil nu lors d’interventions incendie par manque de visibilité. La caméra thermique incendie permet ainsi l’identification rapide de victimes inconscientes en atmosphère enfumée ou à faible luminosité (feux d’appartements, de parkings souterrains, d’usines, de forêts, etc.) 

 

2.2.2/… lors d’accidents de la route

Les caméras thermiques portables sont également très utiles lors d’intervention sur accidents de la route en campagne et de nuit. En effet, elles permettent :

  • d’évaluer le nombre de passagers d’un véhicule accidenté en visualisant les sièges chauffés par la ou les personnes (bien entendu lorsque les secours arrivent sur les lieux dans un délai très court),
  • de repérer plus rapidement les victimes d'accident de la route qui ont été éjectées d'un véhicule en pleine nuit par exemple. Ainsi, il est plus rapide de trouver une victime avec une caméra thermique que de chercher la victime à la lampe torche en pleine campagne.

Exemple ci-dessous: Rester assis sur une chaise pendant 10 secondes laisse une signature thermique sur le dossier et l'assise de la chaise.

chaise

 

2.2.3/….lors de séismes, glissements de terrains, effondrements

Les caméras infrarouges thermiques sont également très utiles aux secouristes lors de recherches de victimes coincées sous des décombres ou endroits difficiles d’accès. Les caméras thermiques USAR LEADER permettent de repérer facilement des victimes inconscientes dans l’obscurité, là où une caméra de recherche standard n’affichera rien à l’écran.

search cam thermal imaging camera

 

2.2.4/...en pleine mer, pleine montagne et désert

Les caméras thermiques Longues Distances (telle que la LEADER TIC LR 1000 qui permet la reconnaissance d'une personne à 200m et de la détecter à 1000m) sont également largement utilisées par les garde-côtes et le personnel de sauvetage, en particulier pour les recherches d’hommes à la mer. Elles sont aussi utilisées pour la recherche de victimes (skieurs / randonneurs) en haute montagne.

Exemple ci-dessous avec 3 caméras thermiques situées à 100m du véhicule :
- Image à gauche = vue avec une caméra standard
- Image au centre = vue avec une caméra thermique Longue Distance LEADER TIC LR700
- Image à droite = vue avec une caméra thermique Longue Distance LEADER TIC LR1000

Long range thermal imaging camera

 

3/QUELS SONT LES CRITÈRES DE SÉLECTION D’UNE CAMÉRA THERMIQUE LES PLUS IMPORTANTS POUR LES POMPIERS / SECOURISTES ET POURQUOI?

COMMENT CHOISIR UNE CAMÉRA TERMIQUE POUR LA LUTTE INCENDIE ?
 

Les caméras infrarouges thermiques sont maintenant utilisées dans de nombreux domaines comme :

  • l’industrie (pour la surveillance de surchauffes moteurs des machines par exemple),
  • l’armée,
  • la surveillance et la sécurité (surveillance et détection d’intrus au sein d’un périmètre sécurisé),
  • le bâtiment (pour la détection de pont thermique d’un logement lors de diagnostique énergétique par exemple), etc…
  • Elles sont même utilisées dans la détection de cas suspect de fièvre, depuis de nombreuses années et particulièrement ces derniers mois pour le COVID-19.

Cependant, le choix d’une caméra thermique se fait en fonction de son utilisation future.

Exemple :

  1. Une caméra infrarouge qui détectera la fièvre chez l’être humain ne sera pas adaptée à la lutte incendie car celle-ci aura certainement une plage de température moindre comparé à une caméra thermique incendie avec une plage de température allant de 450° jusqu’à 1150°C.
  2. A contrario, une caméra thermique destinée à la lutte incendie ne sera pas adaptée à la détection de fièvre. Pour la détection de fièvre, nous aurons besoin d’une caméra avec une sensibilité très élevée et qui pourra donc afficher la température de manière très précise (au dixième de degrés près). La plage de température d’une caméra incendie pouvant aller jusqu’à 1150 °C n’aura donc aucune utilité dans ce cas. De plus, les deux caméras thermiques ne mesurent pas avec le même taux d’émissivité, ce qui évidemment, ne donnera pas les mêmes résultats.

Donc, comment choisir une caméra thermique dédiée aux pompiers/secouristes, dédiée à la lutte incendie et aux secours/sauvetage ?

Outre l’ergonomie, la compacité, la taille, la résolution et la sensibilité du capteur, la résistance de la caméra et sa batterie aux hautes températures…les critères les plus importants pour la sélection d’une caméra thermique incendie sont selon nous les suivants : 
 

3.1/Le champ de Vision doit être le plus large possible 

Une caméra thermique pompier ne se comporte pas comme l’œil d’un être humain. 
En effet, celle-ci réagit aux infra-rouges et non à la lumière. 
De plus, le champ de vision d’une caméra thermique est bien inférieur à celui de l’être humain.

Généralement, la vision binoculaire chez l’homme est de l’ordre de 120° horizontalement et 105° verticalement (45° vers le haut et 80° vers le bas). Cette vision sera réduite par la caméra thermique.

Exemple : Lors d’une visite touristique, vous avez certainement déjà dû reculer sur plusieurs mètres de distance afin de pouvoir prendre en photo un monument. Le champ de vision de votre appareil photo est inférieur à votre champ de vision (sauf si vous êtes équipé d’un grand angle bien sûr)! C’est un peu le même cas avec une caméra thermique. 

Cette vision sera davantage réduite par le port du masque de l’appareil respiratoire isolant.

coté     ciel

L’utilisation de la caméra thermique se faisant le plus souvent avec ARI (Appareil Respiratoire Individuel), le binôme d’attaque devra donc utiliser des techniques de « scan » afin de collecter le maximum d’informations au cours de cette phase de reconnaissance. La technique de scan est employée pour balayer visuellement à l’aide de la caméra thermique l’ensemble du volume dans lequel les sauveteurs progressent. Ceci pour éviter « l’effet tunnel » c’est-à-dire : regarder uniquement devant soi, ce qui pourrait engendrer une mauvaise interprétation de la situation ! 

Pour cela, 2 zones sont particulièrement importantes : 

  • Le sol : la vision étant limitée en partie basse (du fait du port du masque ARI + de l’angle de vision de la caméra limité verticalement), il sera impossible de sécuriser la progression de l’utilisateur et d’identifier des victimes à droite et à gauche simultanément.
  • Le plafond : seuil de progression des fumées avec tous ses risques associés doit également être surveillé avec beaucoup d’attention.

La technique du « scan » qu’elle soit réalisée en bande, en Z, en X ou sur les 6 faces, doit être entrepris avec application et répété plusieurs fois au cours de la phase de reconnaissance, pour permettre la construction d’une image mentale de la progression. La combinaison de scans répétés et de progressions sans caméra permettra de mieux identifier les dangers. 

scanLes caméras thermiques LEADER TIC possèdent un angle de vision qui est parmi les plus élevés du marché soit 51° horizontalement et 40° verticalement permettant ainsi de scanner la zone d’intervention plus rapidement.

De plus, la caméra ayant un champ de vision plus important en largeur qu’en hauteur, il est intéressant de modifier sa prise en main afin de la positionner verticalement pour accroitre le champ de vision sur cet axe. 

L’option poignée des caméras LEADER TIC permet de réaliser cette action facilement en l’inclinant en mode «portrait» très simplement afin d’effectuer la phase de reconnaissance encore plus rapidement.

 

3.2/La plage de température doit être la plus large possible 

 

Comme dit précédemment, les critères de sélection dépendent de l’utilisation que l’on fera de la caméra thermique. Dans le cas d’une caméra thermique de type Incendie, il est important de choisir une caméra avec une large plage de température afin de garantir la fiabilité de l’appareil et surtout la sécurité des sapeurs-pompiers.

 

3.2.1/Pour éviter la saturation de l’image : 

Une caméra dotée d’une large plage de température allant au-delà de 1000°C permet d’analyser toutes les situations rencontrées sans risque de saturation (impossibilité de discerner la scène observée).
En effet, lorsque la température maximale de détection de la caméra est dépassée, l’image est saturée et il n’est plus possible de voir distinctement les contrastes à l’écran de la caméra, rendant ainsi impossible la lecture/compréhension de la situation.

Image saturée =
situation impossible à analyser

Seuil de T°C max : 650°C

Image non saturée =
situation compréhensible

Seuil de T°C max : 1150°C

image saturée image non saturée

 

 

 

3.2.2/Pour éviter une mauvaise lecture / compréhension / interprétation de la scène d’intervention et ainsi mettre en danger les équipes de secours :

Selon la plage de température, il ne sera pas possible aux pompiers d’analyser l’ensemble des éléments de la scène observée.

Une caméra dotée d’une plage de température limitée allant jusqu’à 450 ou 500°C ne pourra pas :

  • Appréhender parfaitement le déclenchement d’un flash-over se produisant entre 600 et 650°C
  • Analyser le risque d’effondrement d’un bâtiment en structure métallique sachant que l’acier perd toute stabilité à partir de 850°C.

Même pour des primo intervenants, il est nécessaire d’être équipé d’un outil pouvant les avertir d’un danger.

echelle tem


LEADER a fait le choix de doter ses caméras thermiques de la plage de température la plus large sur le marché (de -40°C à +1150°C) afin de donner la possibilité aux pompiers  d’analyser toutes les situations rencontrées.
 

 

3.3/Les modes de colorisation doivent être complémentaires

 

L’utilisation de plusieurs modes couleur permet d’analyser avec plus de précision les scènes observées afin d’en faciliter la compréhension (niveau de température, propagation des fumées, axe de circulation, danger, etc.). C’est pourquoi, il est intéressant de changer de mode de colorisation, afin de mettre ainsi en évidence d’autres éléments.  

LEADER propose jusqu’à 5 colorisations sur ses caméras : Feu, Recherche, Inverse, Froid et Multicolore. Chaque mode de colorisation possède ses avantages, ses inconvénients et ses limites

Il est donc indispensable de connaitre les spécificités de chaque mode afin de choisir le plus adapté selon la situation rencontrée. C’est pourquoi la formation des utilisateurs est indispensable pour une bonne compréhension de l’image observée. 
 

MODE FEU : le principal et indispensable 

mode feu
  • Affichage à l'écran:  Les binômes d’attaques doivent progresser dans des espaces inconnus avec une visibilité souvent nulle tout en étant exposé à des températures élevées. Il leur faut donc des indications simples et intuitives leur permettant de collecter rapidement les informations nécessaires à la compréhension de la situation.  
    Dans cet esprit, les couleurs utilisées pour le mode FEU indiquent des niveaux de danger comme ceux rencontrés sur la route :
    • Feu jaune : vigilance accrue, un danger est proche il faut être en mesure de réagir 
    • Feu orange : danger confirmé, on doit être prêt à s’arrêter pour éviter de s’exposer davantage
    • Feu rouge : stop, on observe et si nécessaire, faire marche arrière.
  • Intérêts pour l'utilisateur: Le plus basique et facile de compréhension : une couleur = une signification  

 

MODE RECHERCHE : 

mode recherche
  • Affichage à l'écran: Affichage en noir et blanc avec colorisation en orange/rouge des 7% les plus chauds 
  • Intérêts pour l'utilisateur: Utilisé principalement pour la recherche de victime et l’identification de points chaud.

 

MODE INVERSE :

mode inverse
  • Affichage à l'écran: Cette fonction inverse les couleurs noir et blanc du mode FEU. Les autres colorisations sont à l’identique du mode FEU au-delà de 200°C.
  • Intérêts pour l'utilisateur: Utilisé en situation de basse température pour :
    • Faciliter l’observation,
    • Observer une scène à l’extérieur lors de météo ensoleillée,
    • Faire varier la colorisation de l’arrière-plan d’une image pour mieux identifier les détails.

 

MODE FROID : 

sss
  • Affichage à l'écran: Colorisation en bleu des points les plus froids de la scène observée.
  • Intérêts pour l'utilisateur: Utilisé en situation de basse température pour mettre en évidence les éléments les plus froid. Peut être utile pour : 
    • Rechercher des fuites de gaz, fuite de gaz liquéfié, fuite de liquide ou gaz réfrigérant, 
    • Observer des plaques de glace sur un plan d’eau, etc…

 

MODE MULTICOLOR :

mode multicolor
  • Affichage à l'écran: Colorisation en 5 couleurs de la scène observée.
  • Intérêts pour l'utilisateur: Utilisé pour les contrôles techniques et opérations à risque.

 

4/L’IMPORTANCE DE LA FORMATION 

 

caméra thermique pompiers
Comme pour tout matériel pompier, il est important que le pompier soit formé et entrainé pour utiliser correctement sa caméra thermique. En effet, ces connaissances lui permettront de pleinement appréhender les situations rencontrées sur interventions en intégrant dans son analyse les informations obtenues grâce à sa caméra thermique. 

La formation étant trop souvent oubliée, il s’avère que de nombreux pompiers ne mesure pas l’intérêt de leurs caméras thermiques et ne sont pas en mesure de les utiliser correctement. C’est pour cette raison que les caméras thermiques restent trop souvent dans les engins et sont ainsi sous employées. 

Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser :

  • une caméra thermique n’est pas un thermomètre. Elle est trop souvent utilisée comme tel alors qu’elle n’en a pas les caractéristiques ni la fonction. 
  • une caméra thermique ne permet pas de voir à travers un mur ou un obstacle. La caméra thermique reproduit à l’écran la chaleur emmagasinée par un corps ou le flux thermique d’une paroi lorsqu’un foyer se situe derrière par exemple. 
  • le verre et l’eau ne laissent pas passer les rayons infrarouges, il n’est donc pas possible de mesurer la température d’un objet derrière une vitre ou à travers l’eau avec une caméra thermique. 

eau

  • les surfaces polies comme le métal polies, les vitres, des surfaces en plastiques ou peintes peuvent faire l’effet d’un miroir. Dans ce cas, les informations transmises par la caméra thermique sont erronées et risquent d’induire en erreur le sapeur-pompier et de le mettre en danger.

vitre

  • un objet selon son taux d’émissivité peut paraître sur l’écran à une température bien plus basse qu’il n’est en réalité.
     

caméra thermique pompiers
Comme vous l’aurez compris avec les quelques exemples donnés ci-dessus et tout au long de cet article, il est très important d’être formé à l’utilisation de la caméra thermique mais il est aussi tout aussi important d’être formé à l’interprétation des images thermiques. 

LEADER, fournisseur de matériel incendie, accompagne tous ses clients dans le choix de la caméra thermique la plus adaptée à leurs besoins et les forme également à l’utilisation de tout ses équipements pompiers.

Souhaitant s’inscrire aux côtés des pompiers dans une démarche d’acquisition de connaissances pour l’utilisation de caméras thermiques, LEADER forme également tous ses clients à l’interprétation de l’imagerie thermique afin qu’ils puissent :

  • Connaître l’intérêt d’une caméra thermique en lutte incendie et secours/sauvetage,
  • Connaître les différences entre la vision à l’œil nu de l’être humain et les rayons infrarouges,
  • Connaître les grands principes de l’énergie thermique,
  • Connaitre les caractéristiques et fonctions essentielles d’une caméra thermique,
  • Connaître les limites d’une caméra thermique et savoir déjouer les pièges liés à une signature thermique erronée qui pourraient menacer la sécurité des intervenants,
  • Savoir lire et interpréter les températures mesurées (émissivité),
  • Connaitre les différents modes de colorisations, savoir dans quelles situations les utiliser et savoir correctement les interpréter.

 

Ils pourraient vous intéresser